Karine Lanusse

L’autonomie en thérapie

Un des buts de la thérapie est de pouvoir gagner en autonomie. En analyse transactionnelle, cela signifie travailler sur son scénario pour se dégager des éléments qui peuvent être comme des entraves à cette autonomie.

Le scénario est un plan de vie constitué de décisions inconscientes et personnelles prises essentiellement dans l’enfance. Toutes ces décisions étaient alors adaptées pour vivre voire survivre. Mais, avec le temps, le scénario peut s’avérer contraignant et nous entrainer dans des situations douloureuses et qui peuvent se répéter.

L’accompagnement thérapeutique permet de se connaître peu à peu, de mettre des mots et de la compréhension sur différentes situations de vie. En ce sens, cela favorise l’autonomie. L’autonomie va ainsi « donner des ailes », élargir notre « champ des possibles ».

« Pour Berne, l’accession à l’autonomie se manifeste par la libération ou le recouvrement de trois facultés : la conscience claire, la spontanéité et l’intimité. Pour lui, renforcer ou acquérir ces trois capacités permet de vivre d’une façon qui n’est pas entravée par le passé. »

BRECARD, France, HAWKES, Laurie, Le grand livre de l’analyse transactionnelle, Eyrolles, novembre 2014, page 426.

La conscience claire

Le scénario peut-être un obstacle pour appréhender tout ce qui fait notre vie en nous rendant comme « aveugle » ou « sourd » . La conscience claire permet de mobiliser tout notre être : nos sens, notre intelligence, notre coeur. Ainsi notre perception est plus ajustée et permet une meilleure intégration de qui nous sommes vraiment.

La spontanéité

La spontanéité n’est pas de pouvoir faire n’importe quoi, n’importe quand et n’importe comment.

En AT, la spontanéité mobilise la réflexion pour prendre en considération de ce que l’on est, ce que l’on sait de soi (besoins, émotions) et également prendre en considération l’autre dans toutes ses dimensions. La spontanéité permet d’activer notre volonté en tenant compte de qui l’on est vraiment.

L’intimité

Pour Le Robert, une des définitions de l’intimité est : « liaison, relations étroites, familières ». Cela rejoint ce qu’est l’intimité en AT : une capacité à 2 être en relation de manière authentique.

« C’est la permission d’être soi-même, en acceptant que l’autre aussi reste lui-même. »

BRECARD, France, HAWKES, Laurie, op. cit. , page 429.

Et, ce n’est pas si facile, cela peut faire peur, plus ou moins consciemment. L’intimité authentique demande d’être en confiance, de s’accepter tel que l’on est, d’accepter de se dévoiler dans ses goûts, ses émotions ou encore ses fragilités. Elle exige la réciprocité.

L’autonomie est un but essentiel de la psychothérapie. Et vous pouvez, à un moment de votre vie, avoir besoin d’être aidé pour la développer.

Concrètement, il s’agit de partir de vous, de là où vous en êtes et d’avancer ensemble. Le thérapeuthe ne choisit pas à votre place, il ne vous dit pas ce que vous devez faire. Car un fondement de cet accompagnement est la confiance dans votre capacité propre à choisir, penser, changer.

Ainsi la psychothérapie peut être une aide pour :

  • Se connaître
  • Tenir compte de qui l’on est vraiment
  • Entrer en relation de manière authentique
Facebook
Twitter
LinkedIn

Sur le même sujet